Jacques Thollot

 
 

JACQUES THOLLOT, batteur, claviériste et compositeur, élève prodige du père de la batterie be-bop Kenny Clarke, est apparu très jeune sur la scène du jazz en compagnie de Sidney Bechet.

Se produisant régulièrement au cours des années 1960 dans les clubs parisiens, il devient un accompagnateur très apprécié de musiciens avant-gardistes aussi importants qu'Eric Dolphy, Don Cherry, Barney Wilen, René Thomas ou Joachim Kühn, et de tous les musiciens français aventureux de cette époque.

Avec cet album légendaire enregistré en solo et surnommé " La Girafe " daté de 1971, Jacques Thollot, qui y joue de divers instruments et innove en France quant à l'emploi du multipistes et des bruitages en studio, devient une icône auprès de tous les mondes des musiques underground et du " free rock" du monde entier.


//////////


Énorme album que ce "Quand le Son Devient Aigu, Jeter la Girafe à la Mer". Énorme par le titre, l'approche surréaliste, et l'excellence de son propos. Fort prisé pour sa rareté (comme beaucoup de disques parus sur le label Futura), il voit enfin le jour en réédition cd pour le plus grand bonheur de quelques nostalgiques et surtout, je l'espère, de bon nombres de curieux, toujours prêts à s'envoyer en travers des oreilles des pièces musicales sur lesquelles le temps n'a pas de prise. Fruit du travail du seul Jacques Thollot, batteur de son état, qui revêt ici toutes les casquettes, l'album a des allures de rêves hallucinogènes saupoudrés de connotations jazz largement inspirées du free. Ce qui ne l'empêche pas de nous surprendre, dans un premier temps, pour mieux nous happer, dans un second temps, avec ses mélodies boîteuses, trafiquées, réarrangées par bandes magnétiques triturées, recomposées, accélérées et/ou décélérées ("Enlevez les Boutons, le Croiseur se Désagrège"). Avec une économie de moyen propre à la technologie d'époque, Thollot dessine là peut-être sans le savoir ce que deux décennies plus tard les chantres de l'abstraction électronique s'évertueront à créer en appuyant seulement sur la touche Enter de leur ordinateur (le magnifique "Cécile"). On frôle la musique de chambre sur "Quiet Days in Prison" et son violon plaintif derrière un piano toujours aussi solennel, quand il ne se montre pas fiévreux et fourbe dans des attaques percussives à la Cecil Taylor ("Aussi Large que Long"). Une pointe d'approche progressive dans ces constructions alambiquées (les très courts "N.G.A." ou "A Suivre", ou encore la plage titre, relativement Zappaesque). Dans la plupart des cas, une grande partie des titres présentés ici demeurent une opportunité unique pour le batteur de démontrer tout son savoir-faire derrière fûts et cymbales, armés de balais ou de baguettes. Un disque proprement inclassable, qui doit autant au jazz qu'à la musique contemporaine, à la musique progressive qu'aux prémices de la musique électronique.

http://www.gutsofdarkness.com

Composed By – Jacques Thollot (tracks: 1 to 3, 5 to 7, 9 to 14) Coordinator – Marianne Fernel Design [Maquette] – Fasm Drums, Percussion, Piano, Organ, Effects [Electronic] – Jacques Thollot Engineer – Claude Martenot Engineer [Assistant] – Jean-Loup Talighani Illustration – Pons (2), Oghia* Producer – Gérard Terronès  Phonographic Copyright (p) – Terronès Copyright (c) – Terronès Recorded At – Studio Europa Sonor  Recorded on March 8th & 9th 1971 at the Studio Europasonor (Gaîté) in Paris.  ℗ & © 1971-2014 TERRONÈS

 

Brain Surgery

ALFIE RYNER

Quand Le Son Devient Aigu, Jeter La Girafe
À La Mer

Jacques Thollot